Chapelle St Estève

Hagiographie de Saint Esteve

Premier martyr entre 31 et 36 après J.C. du nom de Stéphanos. Etienne se consacre très tôt à la prédication. Apologiste enflammé doué d’un charisme et du don des miracles. Il fut lapidé à Jérusalem. Les plus anciens témoignages que nous avons du culte de Saint Etienne ne sont pas antérieurs au IVème siècle. En 416 un prêtre du nom de Lucien prétend avoir découvert près de Jérusalem, le corps d’Etienne : La relation de sa découverte est diffusée dans le monde grec et le monde latin. C’est alors que commence l’extraordinaire diffusion des reliques de Saint Etienne, et la multiplication des églises construites en son honneur.

Fête le 26 décembre. San Esteve nom occitan de St Etienne.



Chapelle St Esteve à Rians

Entre le XI et le XIIème siècle les terres de Rians étaient partagées entre deux familles seigneuriales : Geoffroi de Rians et la maison de Simiane . L’un des représentant de cette dernière famille : Raymond de Guiran de Simiane fit don au chapitre de St Sauveur à Aix de tous ses biens avec leurs juridictions pour la rémission de leurs péchés, parmi ces biens se trouvait la chapelle St Estève. La même année le Comte de Provence confirmait cette donation qui fut suivie à son tour le 28 novembre par le pape Innocent III.

C’est en 1125 qu’on voit autour de la chapelle Saint Estève se former un bourg. En 1186, on dénombre 11 sanctuaires dans la vallée de Rians. Pendant de nombreuses années le culte fut régulièrement célébré dans cette chapelle. Les procès verbaux des visites canoniques de l’évêque en font mention ; la visite effectuée en 1546 recommande la célébration régulière de la messe les dimanches et les jours de fêtes solennelles.

Les offices étaient signalés aux fidèles par une coquille de mer utilisée comme trompe. ( Car il n’y avait pas de cloches .)

A partir de la fin du XVIIème siècle, il semble que cette chapelle ne fut plus fréquentée. En 1850 et 1862 un curé doyen de Rians Amédée Jaubert fit effectuer d’importantes réparations et la rendit au culte en 1860. Mais en raison de l’éloignement du village ; ce sanctuaire qui est le plus ancien de Rians a été abandonné.

La chapelle Saint Esteves devait probablement se situer au bord d’un ancien chemin médiéval passant plus haut qu’aujourd’hui en direction de jouques près de Revelette et de ses sources.

Aujourd’ hui le quartier de St Estèves comprend le Hameau de la Grande Bastide, Vignelaure, la Vicarie, St Maurin, les Toulons, les Rougnes, la Réaltière qui sont probablement des reconstructions sur d’anciens habitats du moyen âge. C’est en 1993 qu’un Etat des lieux fut entrepris par la commune pour sa restauration, les travaux de démarrage eurent lieu en février 2000 et achevés en juin de la même année.

C’est en 2013 qu’avec l’aide de la mairie, nous avons pu après quelques travaux , aidés de bénévoles réinvestir ce lieu.

Les riansais et les visiteurs peuvent ainsi aujourd’hui en profiter pleinement.

Architecture :

La chapelle St Esteve de style roman du début du XIIéme siècle est un édifice de petite dimension à nef unique et abside semi circulaire. La nef est couverte d’une voûte en berceau brisé. Trois doubleaux reposent sur des pilastres supportés par des culots aux profils divers. Le cordon marquant le départ de la voûte est orné d’un décor en dents de scie. Les travées comportent des arcatures latérales en arc brisé qui reposent au niveau du sol sur des bases chanfreinées, l’abside semi circulaire est voutée d’un cul de four. L’accès se fait par une porte aménagée dans le mur sud de la travée occidentale, elle est couverte d’un larmier mouluré.

(Pour en savoir plus : Les Eglises Médiévales du Var Yann Codou : édt : Alpes de Lumière.)